mardi 31 mars 2009

"Ze" Reine Élizabeth

Pourquoi “Reine Élizabeth” ? Je n’en ai aucune idée…
Si quelqu'un connait l'histoire , qu'il se lève et parle!

Par contre ce que je sais c’est que c’est le gâteau préféré de M. Gourmand.
Oui…oui… M. Gourmand (qui n’aime pas les desserts) ferait les marches de l’Oratoire St-Joseph sur les genoux pour en avoir un petit morceau!

Il y a de ça plusieurs années, ma mère fit ce gâteau. Et il en tomba amoureux, un coup de foudre!!!
Pas de ma mère bien entendu, mais du gâteau.
Depuis, lorsqu’on veut faire un gros plaisir à M. Gourmand, on lui fait ce gâteau.

M. Gourmand ne pouvant plus beaucoup bouger, plâtre oblige (voyage au Mont Blanc cancellé!!!)
Bête accident qui lui a couté une plaque et des vis dans la cheville.
J’ai voulu lui remonter le moral et quoi de mieux qu’un Reine Élizabeth.

En voici donc la recette :


Reine Élizabeth de la BM de M. Gourmand


Gâteau :180g de dattes
250ml d’eau
50 g de beurre
200g de sucre
1 œuf
210g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte (levure alsacienne)
1 cuillère à thé de soda (P’tite vache, bicarbonate de soude)
vanille

Nappage :200g de cassonade
40g de crème 35% (entière)
60g de beurre
75 g de noix de coco haché

Préchauffer le four à 350°F (170°C) .
Faire bouillir les dattes dans l’eau.
Mettre en crème le beurre, le sucre et l’œuf. Ajouter les ingrédients secs. Ajouter à ce mélange, les dattes. Mettre l’appareil dans un moule rond beurré. Cuire 25-30 minutes.

Lorsque le gâteau est cuit, ajoutez le nappage que vous aurez préparé.

Pour le nappage, faire bouillir la cassonade, la crème et le beurre. Retirer du feu, ajouter la noix de coco. Mélanger. Verser sur le gâteau.

Faire griller le dessus du gâteau 3 minutes.



PS1 dans ma famille chacun a « sa spécialité » et le Reine Élizabeth, « c’est Ze gâteau de ma mère » (avec le gâteau Mode de Boston , mon gâteau référé). Toujours moelleux, toujours génial!
PS2 Ce n'est que partie remise pour e MOnt-Blanc & M. Gourmand... il ira l'an prochain!

lundi 30 mars 2009

Le tour du monde en 232 recettes...l'Irak

Lorsque Mamzelle Gwenn a fait son appel à tous: Le tour du monde en 232 recettes
je me suis rapidement dit: c'est pour moi!
J'aime les défis..
Mais ouf! quand j'ai reçu le pays...l'Irak.
Pas facile de trouver des recettes de desserts pour ce coin de pays…re-ouf!

Je pense bien être née à la bonne place! loll
Vive le chocolat, le sirop d'érable, etc.

Mais je suis arrivée à trouver deux recettes intéressantes... de desserts , bien entendu!
J'aurais pu aller vers les loukoums, les baklavas etc. mais je ne voulais pas trop m'éloigner de l'Irak. Je trouvais de cette façon le défi encore plus intéressant.

Superbe cette idée qui nous a fait voyager à bas prix.
Belle initiative Mamzelle Gwenn!

Voici donc mes recettes:
Chakr veut dire " sucre " et lama " main ". Les chaklamas sont très sucrés et se façonnent dans le creux de la main. En Irak, le sucre est symbole de chaleur, d'amitié et de plaisir.

Chaklamas

500 g de farine
300 g de sucre
30 cl huile de tournesol
2 cuillères à soupe de cacao amer
1 cuillère à café d'extrait de vanille liquide
1 cuillère à café de cardamome moulue
Cuisson : 30 minutes à 200°C


Mettre la farine, le sucre, l'huile et la cardamome dans un bol.
Mélanger les ingrédients jusqu'à l'obtention d'une pâte bien homogène et la travailler quelques minutes.
Diviser la pâte en deux et ajouter le cacao dans un mélange et la vanille dans l'autre.
Prendre une boule de pâte vanille, faire un boudin long de 30 cm, faire la même chose avec la pâte chocolatée.
Rapprocher les deux boudins, les coller côte à côte. Couper les boudins en tronçon de 2 cm.
Prendre un tronçon, le rouler dans le creux de la main jusqu'à former un petit cône. Poser les cônes sur une tôle.
Faire cuire pendant 25 à 30 minutes à 200°C. Une fois que les chaklamas sont cuits, les sortir du four et les laisser refroidir pendant 30 minutes puis les enlever avec une spatule et les servir.

Référence : http://migrations.besancon.fr/minisite/recettes/recettes.php?id=38


Mousse au miel et aux noix

250 g de fromage blanc battu
4 cuillerées à soupe de miel liquide
50 g de noix décortiquées
3 œufs
20 cl de crème fraîche

Hacher les noix, en réservant quelques cerneaux pour la présentation.Mettre dans un bol le fromage blanc et la crème. Battre pendant 2 minutes avec un fouet électrique. Incorporez le miel liquide, puis les noix hachées, puis les jaunes un par un. Battez les blancs d'œufs en neige très ferme, incorporez-les.Mettez au congélateur pendant 1 heure au moins. Pour servir, décorez avec les cerneaux de noix.

Référence : Émilie Bertrand, 500 desserts de A à Z, Ed. Solar, 2000 Magic-Re

dimanche 29 mars 2009

Cupcakes citron meringués

Voici... je pars le bal avec une recette ensoleillée!
Je me suis servi de la base de cupcake pour faire ces jolis petits gâteaux.
Question de faire entrer le printemps par la grande porte et de mettre un peu de soleil dans ma cuisine aujourd’hui…

Cupcakes citron meringués

Pâte :
200g de margarine à l’huile d’olive
200g de sucre
280g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte
4 œufs
Le jus de 2 citrons
1 cuillère à thé de vanille

Meringue à l'italienne:
65g de blancs d’œufs
150g de sucre
45 g d'eau

Préchauffer le four à 350°F (175 °C).Pour la pâte, monter en crème le beurre et le sucre jusqu’à ce que le mélange pâlisse.Ajouter les ingrédients secs et les œufs, la vanille en alternance.Déposer dans les cavités de votre moule beurré ou chemisé avec des moules papier (si nécessaire).Cuire pendant 10-15 minutes, tout dépendant de la grosseur de vos moules de cupcakes.
Laisser refroidir.

Pour la meringue, mettre l'eau et le sucre dans une casserole. Faites chauffer. MOnter les blanc en neige.
Lorsque le sirop atteint 114°C, le verser tranquillement (en laissant couler sur la paroi) dans le bol du mélangeur sur socle.
Mettre la préparation dans une poche à douille et glacer vos cupcakes.
À l’aide d’une torche à crème brûlé (ou à souder!), caramélisez votre meringue.

Et voilà, le soleil est dans votre cuisine!

Concours... Cupcakes!

Vous vous rappelez, grâce à Nolwenn d’ ABC Cooking, j’avais gagné un livre sur les cupcakes!
Je l’ai testé… et j'ai remarqué que c'était presque la même base qui revenait d'une page à l'autre. Cette recette de base est assez intéressante!
Avec cette base, vous pouvez vous laisser aller joliment!

Base de cupcake
Traduite de l’anglais
(référence 500 cupcakes de Fergal Conolly)


1 tasse de beurre
1 tasse de sucre
2 tasses de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte (levure de type "Alsacienne" ou levure chimique)
4 œufs
1 cuillère à thé de vanille

Préchauffer le four à 350°F (175 °C).
Monter en crème le beurre et le sucre jusqu’à ce que le mélange pâlisse.
Ajouter les ingrédients secs et les œufs, la vanille en alternance.
Déposer dans les cavités de votre moule beurré ou chemisé avec des moules papier (si nécessaire).
Cuire pendant 10-15 minutes, tout dépendant de la grosseur de vos moules de cupcakes.

En voici une version au poids, je préfère de loin cuisiner au poids. Mais allez-y selon vos méthodes.
J’ai refait plusieurs fois cette recette en la pesant, question de trouver les proportions les plus réalistes.

Base de cupcake (au poids)

225g de beurre (ou 200g de margarine à l’huile d’olive)
200g de sucre (ou de cassonade)
280g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte (levure Alsacienne)
4 œufs
1 cuillère à thé de vanille




Et là, j’ai pensé… Pourquoi ne pas faire voyager ce livre!
Un concours, mon premier concours.



Voici donc les règles du jeu :

Vous vous servez obligatoirement de cette recette de base et y ajoutez ce que vous désirez.
Soyez inventif!!!

Le gagnant se méritera le livre de Fergal Connolly : 500 Cupcakes.
Il aura voyagé ce livre de Vancouver à Montréal vers…

À vous de jouer!


Envoyez-moi votre recette avec photo à cette adresse : becassine_1@hotmail.com


N’oubliez pas de m’envoyer le lien de votre blogue (si vous en avez un!) et de votre recette si vous la publiée sur votre blogue.

*** Ne soumettez pas votre recette dans les commentaires, je n'en tiendrai pas compte...écrivez-moi!


Donc:

votre nom, votre blog (si vous en avez un!!!), la page de publication (s'il y a lieu), une photo et la recette finale.

Je ferai un récapitulatif de toutes les participations… et je choisirai un gagnant!

Allez-y, amusez-vous.

La date limite pour soumettre vos recettes est le 30 avril!

jeudi 26 mars 2009

Petits pots épicés à la mousse de spéculoos "à la Patrice Demers..."

Vous savez à quel point j’ai aimé mon expérience chez Laloux, grâce à Patrice Demers (chef pâtissier).
Si vous n’avez pas lu mon expérience, c’est ici Acte 1, Acte 2 et Acte 3.

Si vous ne connaissez pas ces fameux pots de crème, il faut sortir mes amis!
Il faut vraiment essayer cette petite chose une fois dans sa vie.
Cela dit, j’ai eu le goût de revisiter à ma façon ce pot de crème.

Ayant reçu de ma stagiaire belge (yesss..) de la pâte à tartiner de spéculoos Lotus, je me suis lancée. C’est d’ailleurs cette pâte qui donné le goût de mettre mes souvenirs belges de spéculoos et les textures du pot de crème de Patrice Demers ensemble.

Voilà donc le résultat.
Petits pots épicés à la mousse de spéculoos

Crémeux épicé
150g crème 35%
240g chocolat blanc
215g yaourt méditerranéen
1gousse de vanille
1 étoile d’anis
4 grains de cardamome

Couper la gousse de vanille en deux. Récupérer les graines de vanille. Les mettre, dans une casserole avec la crème, y déposer également la gousse et les autres épices.
Amener la crème à ébullition, laisser infuser.
Verser sur le chocolat dans un cul-de-poule.Laisser reposer 1 minute et émulsionner au fouet.Lorsque le chocolat est bien incorporé, ajouter le yaourt, bien mélanger et laisser figer au froid une nuit (minimum de 8 heures).

**Il serait aussi intéressant de faire cette recette avec du mascarpone en remplacement du yaourt. Le dessert sera alors un peu plus riche, il va sans dire!


Crumble aux épices

110g de beurre
65g de sucre Demerara (pour son goût de mélasse)
140g de farine
½ cuillère à thé de canelle
½ cuillère à thé de gingembre en poudre
une pincée de sel

Préchauffer le four à 350 °F (140°C).
Dans le bol du mélangeur, mettre tous les ingrédients. Avec la « feuille » du mélangeur (ou un petit robot), mélanger la pâte jusqu'à l'obtention d'une texture de chapelure.
Mettre sur une plaque recouverte de papier sulfurisé.
Cuire une dizaine de minutes, retourner le crumble quelquefois.
Laisser refroidir complètement avant de conserver (deux semaines au maximum au réfrigérateur) dans un contenant hermétique.
Mousse au spéculoos

250 ml de crème 35%
4 cuillères à table de pâte de spéculoos (de type Lotus)

Mélanger la crème et la pâte de spéculoos. Mettre le mélange dans un siphon. Insérer deux cartouches et brasser votre siphon.

Si vous n'avez pas de pâte de spéculoos (car non disponible au Québec). Vous pouvez faire la recette de mousse au caramel de Patrice Demers (cliquer sur mouss....) et y ajouter de la canelle, gingembre, muscade... enfin les épices qui font "Pain d'épices" et que vous aimez!

Pour le montage
Déposer le crémeux aux épices à l’aide d’une poche à douille dans vos petits pots. Y déposer ensuite votre crumble et votre mousse au spéculoos avec votre siphon au-dessus.
Déposer une pincée de sel de finition (cristaux) ou de fleur de sel.

Le tour est joué!
Bon appétit.

PS1 Le crémeux épicé a été inspiré par le crémeux du granité litchi de Patrice Demers. Encore une fois ce granité est a essayé... SUBLIME!

PS2 La qualité de votre crèmeux dépendra de la qualité de votre chocolat blanc. Il est alors primordial de prendre un bon chocolat blanc.

PS3 Mille mercis encore Bénédicte, pour non pas un...mais deux pots de pâte spéculoos Lotus. Merci, merci, merci...

mardi 24 mars 2009

Révisons nos classiques: biscuits aux pépites de chocolat

Camille de Cake in the city, m'a fait penser avec son billet sur les classiques…
qu'il fallait prendre le temps de les reviser.
Cela m'a donné le goût de vous partager les miens…mes classiques.

Premier classique : les biscuits aux brisures de chocolat
(les Cookies comme dirait nos voisins les Américains et nos cousins les français)

Ici, c'est une histoire d'amour sans fin!
Ma mère nous en faisait, sa mère lui en a fait et j'en fais à mon troupeau.
Au moins une fois par mois, ces délicieuses p'tites choses se retrouvent sur notre table...


J'ai fait mes premiers biscuits aux pépites dans le cours d'Économie familiale , il y a de ça …
Dois-je vous le dire? 25 ans!
Ahhhhhhhh… Que cela passe vite!
J'étais en secondaire II.
Et ce cours me donna envie de cuisiner… des desserts.


Avec le temps, cette première recette de cookies a évolué…
J'ai trouvé un p'tit truc pour me déculpabiliser lorsque je les cuisine.
J'ajoute maintenant des graines de lin et du All Bran.
C'est donc rempli d'oméga 3 et de fibres.
WOW!!! Pourquoi sans passer lorsque c'est si bon pour la santé (versoin #2)!

Voici donc :

Mes biscuits aux brisures de chocolat bon pour la santé!
190 g de margarine à l'huile d'olive
190 g de cassonade (sucre brun)
75 g de sucre
2 oeufs
290 g de farine
1 cuillère à thé de poudre à pâte
½ cuillère à thé de sel
35 g d'All Bran écrasé ***
30 g de graines de lin broyées ***
150 g de pépites de chocolat noir
vanille au goût

Préchauffer le four à 350 F degrés (175 C)
Crémer la margarine , la cassonade et le sucre à l'aide de batteur.
Ajouter les œufs.
Ajouter les ingrédients secs. Brasser.


Répartir en petites boules sur une plaque à biscuits recouverte d'une feuille parchemin.Laisser cuire 10 minutes ou lorsque le biscuit commence à brunir, retirer du four.
*** Vous pouvez omettre ses ingrédients et mettre 350g de farine à la place. Ils seront aussi bons au goût mais moins bons pour la santé!

samedi 21 mars 2009

Cupcakes choco-Rollo : recette inavouable et décadente!

À défaut d’Etnaos (Valrhona)... je me suis rabattue sur des Rollo!
Je sais…je sais… ce n’est pas comparable et surtout inavouable!!!
Mais bon, il n’y en a pas… il n’y en a pas. Et je m'assume pleinement.
Donc, des Rollo!
J’ai doublé la recette… deux douzaines de cupcakes.
La recette de ma maman bien entendu mais améliorée.
Décadent!

Cupcakes choco-Rollo décadents

1 3/4 tasses de farine
1 1/3 tasse de sucre
1 cuil. à thé de sel
3 cuil. à soupe de cacao (Cacao Barry de préférence, du bon quoi!)
1 tasse de lait
1 cuil. à thé de bicarbonate de soude (P’tite vache)
1 cuil. à thé de poudre à pâte
1/2 tasse de margarine à l’huile d’olive
3 œufs
des Rollo et de la vanille

Préchauffer le four à 350 degrés
Mélanger au batteur électrique: la margarine, le sucre, les oeufs jusqu'à ce que le mélange ait pâli.
Ajouter les autres ingrédients secs, ajouter le lait. Brasser.
Mettre un peu de mélange dans le fond des moules, y déposer un Rollo. Remettre du mélange par dessus.
Enfourner pour 10 minutes.

Le seul problème, un rouleau de Rollo contient que dix chocolats.
Donc, j’en ai mis ça et là. Je démoule donc mes cupcakes.
Mon troupeau arrive (ils attendaient leur dessert…) : « Est-ce prêt? »

« Presque , mais il y a qu’un seul problème… Vous n’avez droit qu’à deux p’tits gâteaux et je ne sais pas où sont les cupcakes qui ont des Rollo ».
Le troupeau, la bouche ouverte me regarde décontenancé. « Mais lààààà… »

« C’est pas si grave, vous en mangerez une autre fois, il y en a plusieurs… »
Toujours la bouche ouverte… J’ai autre chose à faire, je pars aller chercher je ne sais quoi et reviens dans la cuisine. Le troupeau n’a pas bronché, mais ils me regardent tous. Je regarde les cupcakes, trois trous… de mini trous (de doigts, soit dit en passant) dans mes cupcakes.

« Mais qu’avez-vous fait???? » Le troupeau : la bouche ouverte, décontenancé. « Rien »
« Comment ça rien… il y a des trous »
Le troupeau : « Mais on veut des Rollo »

Moi : « Vous commencerez pas ça… Allez hop, vous en prenez deux et filez les manger » je surveille que tout se passe bien… sans doigt!
M.Gourmand arrive, je lui explique toute l’histoire. Il sourit. "Il en reste?"me demande-t-il.
« Oui, ils sont sur le comptoir»
Et là , je tourne la tête pour le regarder… Ahhhhhhh. « Que fais-tu ? »
M.Gourmand ouvrait tous les gâteaux en deux!!!!
« Moi aussi je veux des Rollo »
Peine perdue.

PS1 Les trous : c’est ma p’tite dernière…les trous étaient très petits… j'ai comparé doigts et trous!

PS2 Acheter plusieurs rouleaux de Rollo, cela vous évitera des cupcakes massacrés!

PS3 J’attends la réponse de Valrhona pour savoir s’il y a des fournisseurs à Montréal qui ont les Etnaos! Je cherche aussi de l’Ivoire… finalement, j’aimerais bien trouver un fournisseur qui tient et qui vend à M. & Mme Tout le monde du Valrhona point.

jeudi 19 mars 2009

Tartelette choco praliné... recette inavouable!

Encore une!
Une recette inavouable... que l'on ose pas dire...
Genre de recette "vite fait si on utilise une matière première toute préparée, alors du coup: moins chic"

Ma matière première "So chic" tout de même: les langues de Chat de Galler.

photo: Galler

Je suis une fan finie du Chat, il me fait rire à pleurer!

Et je suis une fan finie de Galler... Oui, oui le chocolat belge. Succulent.


Perso, je trouve ces recettes réconfortantes et surtout fort pratiques alors...
Je vous donne une des mienne!


Tartelette choco praliné

Pâte sucrée
250 g de farine
150 g de beurre
125 g de sucre glace
1 œuf entier (plus ou moins 50g)
1 pincée de sel
65g d'amandes en poudre

Mélanger le beurre.
Mettre le sel dans l’œuf. Réserver.
Mélanger la poudre d’amandes et le sucre glace.
Mélanger les poudres au beurre.
Ajouter l’œuf et la farine.
Si la pâte est trop molle, la mettre dans le réfrigérateur un peu. Cela facilitera le travail au rouleau.
Étaler la pâte. Avec un emporte-pièce, découper des cercles (fleurs, etc.) et les mettre dans un moule. Faire cuire à 170C (340F) , 15 minutes.


Ganache

100g "Langue de chat" chocolat blanc fourré praliné
100g chocolat noir
75 ml de crème 35%


Faire fondre du chocolat noir et y ajouter les langues de chat (au goût), c'est ce qui donnera à la ganache son côté noisette. Vous pouvez utiliser votre chocolat préféré!
Ajouter la crème pour avoir une texture onctueuse.
Démouler les tartelettes et les garnir de ganache, ajoutez la framboise en guise de finition!
Ici, la framboise était congelé, j'ai bien aimé l'effet.

Simple et efficace. Bon appétit !

Galler

2, rue du Pot d’Or
4000 Liège (Belgique)
Tél: 04/221.30.50
114, boulevard Haussmann
75008 Paris
Tél: 00.33.1.45.22.33.


PS1 j'avoue ce n'est pas très inventif (en plus d'inavouable) pour le concours de la 30e édition des KKVKVK (Le Monde de Milan ayant gagné la 29e édition a lancé le thème des tartes sucrées) ...
Mais bon, j'adore ce goût réconfortant et surtout nostalgique qui me rapelle mes mois de travail en Belgique! Et c'est toujours gagnant quand je reçois!

mercredi 18 mars 2009

Autres japonaiseries: Sadaharu Aoki

Lorsque je suis allée au salon du chocolat à Paris cet automne, j’y ai fait tout de sortes de découvertes…
Et tant qu’à être dans les japonaiseries, voici une de mes découvertes japonaises du salon. J’avais entendu parler de Sadaharu Aoki et de ses macarons et chocolats.

Il avait un kiosque au salon : de toute beauté!

Une merveille pour le palais et les yeux.
J’ai bien aimé ces macarons : matcha, yuzu (agrumes), ume, etc… Assez spécial ces goûts.

Il avait aussi des macarons recouverts de chocolat, d’un esthétisme irréprochable.
Et même si je suis une fan finie de chocolat et de macarons, j’avoue avoir préféré le « traditionnel » macaron…

Donc une adresse à ne pas râté en France, où les japonaiseries prennent de plus en plus de place à ce que j’ai remarqué!

Si vous désirez goûter des macarons aux saveurs différentes...

Sadaharu Aoki

http://www.sadaharuaoki.com/
35, Rue de Vaugirard
75006 Paris tél. : 01 45 44 48 90

56, Bd Port Royal
75005 Paris
tél. : 01 45 35 36 80

Corner Lafayette Gourmet
40, Bd Haussmann
75009 Paris

dimanche 15 mars 2009

Japonaiseries!

Lorsque Mlle Tortue ( du blogue Dans ma carapace) lança son appel à tous :
« Je recherche dans l’urgence des blogueuses culinaires qui voudraient participer à une exposition pour notre festival sur la cuisine franco-japonaise. Il s’agirait de recettes autour d’un ingrédient ou plat japonais à la manière française. »

Je me sentis interpellée…
Non pas que je ne sois japonaise… ni même française… quoique dans ma gourmandise, je suis assez européenne

Mais surtout pour le défi!


Donc après m’être renseignée si une Québécoise pouvait participer (oui, qu’elle dit!), j’avais une bonne idée de ce que je voulais proposer.

Quelques jours plus tôt, j’étais allée me balader chez Tau (chercher de l’agar-agar) avec M. Gourmand.

Et devant le présentoir de japonaiseries, je vis un petit pot d’un beau prune…

« Ohhhh… de l’uneboshi! » dis-je.
« C’est quoi? » dit M. Gourmand.
« Aucune idée »
Roulement d’yeux de M. Gourmand… « Qu’est-ce que tu fais? »
Moi : « Je le mets dans le panier »
M. Gourmand : « Mais tu sais même pas c’est quoi… »
Moi : « Et puis? »
Deuxième roulement d’yeux de M. Gourmand. « Ça ne sert à rien, si tu ne sais pas c’est quoi »
Moi : « Tu sais sur internet, on peut trouver… » Je me retourne pour m’apercevoir que je suis seule! Bon, s’il pense que cela m’arrêtera…

J’ai finalement retrouvé M. Gourmand dans la section « réglisse ». Et j’ai mis mon pot d’Umeboshi et un sac de sésame noir (car très esthétique sur des macarons en plus d’avoir un merveilleux goût de grillé!) dans notre panier.

Nan!
Troisième roulement d’yeux de M. Gourmand.

À la maison, j’ai cherché… l’umeboshi est une macération de prunes dans le sel et le vinaigre. C’est en quelque sorte un condiment au Japon.
Ouin… un peu sceptique pour un macaron. Je laisse mon idée de côté.

Et ce projet de « recette autour d’un ingrédient ou plat japonais à la manière française » tombe à pic! Le coup de pied qui me manquait pour faire des tests!

Je me suis mis au travail et j’avoue être assez satisfaite. Une fois les tests terminés, je fis goûter à M. Gourmand.

Moi : « Et puis? »
M. Gourmand : « Ahhhh…assez spécial comme goût… rien qui me rappelle un goût d’ici… »
Moi : "assez spécial comme dans: je n’en mangerai plus... ou comme dans: tiens j’en prends un autre »
M. Gourmand : « J’en prendrais un autre assurément »

Gagné!


Je n’aime pas le chocolat blanc, car trop sucré à mon goût, mais là avec l’acidulé de la prune et le grillé des sésames, je trouve cela drôlement intéressant!


J’espère que vous aimerez autant que nous!

Voici donc la recette : Macarons à l'umeboshi & sésame noir

PS1 Mlle Tortue recherche toujours des blogueuses… c’est urgent! Allez sur son blog.


PS2 Si vous passez à Bordeaux, Animasia y fête ses 5 ans du 2 au 5 avril! Allez sur leur site pour toutes les informations.





PS3 N'oubliez pas (en France, dommage que l'on a as ça ici!) le journée du macaron le 20 mars! Devinez ce que j'apporterai, comme dessert, chez ma soeur cette soirée là?

Japonaiseries: Macarons à l'umeboshi & sésames noirs



Pour 40 macarons de 3,5cm:

100g de blancs d’oeufs à la température ambiante
180 g de sucre à glacer
125 g de poudre d'amandes
30 g de sucre
du colorant en gel rouge « no taste »
du sésame noir

Préchauffer le four à 150°.
1) Tamiser la poudre d’amandes et le sucre à glacer.

2) Monter les blancs en neige avec 2 gouttes de jus de citron et une pincée de sel en ajoutant le sucre petit à petit. Augmenter la vitesse pour obtenir un effet "bec d'oiseau".

3) Ajouter le colorant.

4) Saupoudrer peu à peu le mélange des poudres dans les blancs. Mélanger à la spatule. Le mélange doit être brillant, lisse et former un ruban en retombant. Le but de cette étape (macaronner) est d'enlever de l'air de l'appareil. Vous pouvez le faire avec la « feuille » de votre robot sur socle. Attention de ne pas trop mélanger.

5) Mettre votre appareil de macaron dans la poche avec douille.
** Astuce : Si vous n’arrivez pas à tourner votre poche près de la douille et à presser vers l’intérieur votre poche pour empêcher que la pâte sorte; utiliser une attache « clip » en plastique pour fermer le bout de votre poche.

6) Dresser les macarons sur des plaques tapissées d'une feuille de papier sulfurisé. Ajouter sur la demie des coques un peu de sésame noir.

7) Laisser reposer pour faire croûter 30 minutes.

8) Enfourner sur les plaques 9 à 13 minutes, dépendant de la grosseur de vos coques. Vérifier la cuisson avec votre four.

9) Laisser tiédir avant de retirer les macarons des plaques.



Pour la ganache :

100g de chocolat blanc
30 g de crème 35% (entière)
2 cuillères à thé de sésames noirs
1 ½ cuillère à thé d’umeboshi


Faire chauffer la crème.
Verser la crème chaude sur le chocolat blanc pour le faire fondre.
Ajouter l’umeboshi et le sésame noir.
Si la ganache est trop liquide, aisser reposer au réfrigérateur pour faciliter le dressage.
Dresser les macarons.



Itadakimasu !

vendredi 13 mars 2009

Mon expérience Matcha & madeleines!

Pour certain Matcha est une prise au judo...
Pour d’autres un accessoire mode inusité…
Pour moi, c’était un truc vert!
Il y a quelque temps que cet ingrédient japonais est exploité sur le web. Et cela avait piqué ma curiosité.

Donc, après avoir fait une recherche (sur le web!), j’ai appris que le « Matcha » était un thé vert japonais en poudre, utilisé pour la cérémonie de thé japonaise. Que l’on pouvait l’utiliser dans les recettes et que ce thé était rempli d’antioxydants!

Voilà, j’en ai trouvé et me suis lancé.

Mais horreur… Je n’avais jamais fait de madeleines! Un classique…

Je me suis dit pourquoi ne pas faire une pierre deux coups et utiliser la recette de madeleines de Sophie Dudemaine (prise sur le blogue de Mercotte!) avec quelques modifications.
À ma grande surprise, je me suis rendu compte que c’était assez facile… quoique…

« Maman, tu fais un anniversaire avec un thème d’extra-terrestre » dit le 3e des gourmands.


« Euhhhhh…non! Pourquoi » et en disant ces mots, je lève la tête et suit son regard qui se dirigeait vers le four.


« Mon Dieu… elles brûlent? » dis-je les mains dans la pâte. 3e gourmand aime m’aider à faire de la pâtisserie… je l’avais installé devant le four pour surveiller mes madeleines. Car c’était la première fois que je cuisinais à 475 degrés! OUF!


« Non. Non. » répondit-il. « Elles ne sont pas comme les premières, c’est tout », dit-il pour me rassurer. Je sentais quand même dans sa voix de l’hésitation, voire de l’interrogation.
Je m’approche du four et comprends…

Mes premières madeleines, je les avais testés… nature sans citron sans rien. Car n’ayant pas mis de levure, mais de la poudre à pâte, j’avais un peu peur du résultat.

Celle-ci était drôlement faite… la fameuse boule de la madeleine (ce qui fait le "typique" de la madeleine pour certain) sur le dessus était très... très haute.

Quel effet... bizarre!

Est-ce la combinaison thé & poudre à pâte. Je dois faire d’autres tests cette fin de semaine. On verra bien… Mais de toute façon voici la recette inspirée de Sophie Dudemaine :

Madeleine de base3 oeufs

120g de farine

1 cuillère à thé de poudre à pâte

120g de sucre

120g de beurre

Préchauffez le four à 460°. Faites fondre le beurre, laissez-le tiédir.
Mélangez, farine, poudre à pâte et le sucre. Incorporez les œufs puis ajoutez le beurre fondu.
Mettre 4 min puis baissez le four à 350° et laissez 4 min supplémentaires. Démoulez aussitôt.

Vous pouvez faire plusieurs variantes, comme la recette originale avec du jus de citron et zeste. OU encore à l'orange. Pour mes madeleines d'extra-terrestre, j'y ai ajouté 2 cuillères à thé de thé Matcha (que jai trouvé chez TAU), mais allez-y selon votre goût.

Les madeleines sont bonnes tièdes. Elles perdront de leur légèreté si elles sont consommées à température ambiante le lendemain!

Finalement, je l’assume… cette boule…
Bien, pratique, pour une fête d’extra-terrestre!


PS1 mon troupeau a adoré, une belle collation pour l’école remplit d’antioxydant! J'en ferai d'autres versions assurément.


PS2 avec cette bosse, Carotte (de la bouche pleine… de carottes) serait fière de moi, elle qui n'arrive pas à avoir de bosse... Car disons-le: une bosse j’en ai eu toute une sur ces madeleines!

mardi 10 mars 2009

Girlies... pour toujours!

Mon Dieu…
Je suis en retard d’une journée.
Joyeux anniversaire Barbie!
50 ans ça se fête.

Même si cette poupée à des mensurations surréalistes (malgré le fait qu’elle a eu une réduction mammaire!), nous avons toutes été sa copine un jour… enfin presque.

Ma mère en a eu une, j’en ai eu une (voir quelques unes) et ma fille: très, très , très girlies en a eu plus que moi!
Qu’elle en profite ma cocotte!!!!
Ne lisez pas de jalousie entre ces lignes (quoiqu’elle a eu une corvette: elle! Usagée, mais tout de même). Je m’écarte du sujet….

Je disais donc pour toutes les amies de Barbie de ce monde, pour les « girlies » qui s’assument, voici un dessert tout en rose : macaron ganache barbe à papa.

Macaron ganache barbe à papa

Pour les macarons c’est ici ( macarons sans meringue italienne), vous n’aurez qu’à ajouter un peu de colorant rose.

Ganache à la barbe à papa :

120 g. de chocolat blanc
50 g. de crème 35%
1 cuillère à thé de sirop de barbe à papa (ou au goût)
colorant rose en gel

Mettre le chocolat blanc en morceaux dans un bol.
Chauffer la crème et la verser sur le chocolat blanc.
Brasser jusqu’à ce que le chocolat ait fondu.
Ajouter le sirop et le colorant gel.

C'est tout, on fait le dressage tout simplement.
J'ai utilisé du sirop de barbe à papa: Le temps des mets . Cette marque offrent une panoplie de saveurs gourmandes & florales.
J'ai trouvé ce sirop à la Grande épicerie du Bon marché. Une vraie cabane d'Ali Baba. Je m'y serais perdu pendant des heures. Tout est catégorisé soit par pays ou par catégories de mets (pâtissserie, confiserie etc.) Ils ont même des produits québécois, canadiens & américains.
Mais là , je ne dis pas... Du sirop " de poteau" à 12$ la bouteille...On repassera!
Pour tous les amateurs de cuisine, de curiosité, cela vaut un détour:
38 rue de Sèvres
Paris 75007
01.44.39.81.00

PS1 Pour la recette des cupcake choco bijoutés en rose, cliquer sur "cupcake choco" … sic!

PS2 j’assume… j’avoue… je paierai cher (mais y a une limite tout de même) pour avoir ces Barbies.


Celle avec le « New look de Dior » j’adooooooooooooooooooore. C’est d’ailleurs mon époque préférée pour la mode!



Et celle très glamour d’Audrey Hepburn « Breakfast at Tiffany ». Classe non?

dimanche 8 mars 2009

En ce 8 mars... Jour de la femme...

En ce 8 mars... Jour de la femme...
Point de gâteau rose...
Point de gâteau girlies…

Un gâteau qui a bercé mon enfance…
Que ma grand-mère nous faisait, que ma mère faisait parfois et que je fais maintenant.
Ce gâteau se veut mon hommage aux femmes qui ont vécu avant moi.
Et qui ont faites ce que je suis aujourd’hui.
Ça y est, cela devient trop sérieux.
J’arrête et je vous donne la recette.

Donc voici : Le gâteau froid de Marie-Rose

1 ½ à 2 tasses de café refroidi
300 g (1 livre) de sucre à glacer
600 g (1 boîte, 2 livres) de biscuits Village
de la vanille
1 œuf
¼ de tasse de beurre à température ambiante
3 cuillères à soupe de cacao

Premièrement, la quantité de liquide variera selon vos biscuits. Les biscuits « Village » (une marque de commerce) sont des genres de « Petit beurre », de biscuit à thé.
Par contre, ils sont beaucoup plus épais que la majorité de ces biscuits. C’est ce qui fait que l’on voit encore des morceaux.
Il faudra faire des essais au niveau du liquide si vous n’utilisez pas des biscuits « Village ».
Cela dit, casser en morceaux (en 4, plus ou moins) vos biscuits.
Ajouter le sucre glace, le cacao. Par la suite, l’œuf, le beurre, la vanille.
Et à la toute fin, le café refroidi.
Mettre dans un plat en verre et réfrigérer toute une nuit (un minimum de 10 heures…)
Je l’ai déjà fait sans attendre, avec du café chaud, car trop pressée d’en manger!
Il ne faudra presque pas mélanger, car tous vos biscuits se déferont en une grosse purée.

Donc à toutes les femmes du Québec qui ont fait ou feront ce gâteau…
et aux autres, de tout pays!
Bonne journée de la femme.

samedi 7 mars 2009

Fondant, Régalice, sugar paste & cie

Bon...

J’aimerais démêler certains termes aujourd’hui.

J'aime beaucoup utiliser le fondant pour mes gâteaux, tout simplement parce qu' il me permet de faire toute sorte d'effet ( voir ma montagne, mon sac à main etc...)

Et j'avoue, je n'ai pas la patience de décorer à la douille un gâteau!

Mea Culpa!

Je béatifie toutes les personnes qui le font!!!


Dans mes recherches sur le net, les termes s'entremêlaient.

Il fallait rendre ça clair... donc...

En France , on dit « Fondant ».
Ici, au Québec, j’ai déjà entendu « Fondant, Régalice et même sugarpaste (bilinguisme oblige) »
Aux USA, c’est plutôt « Sugar paste ou encore Fondant (voir avec un faux accent français) »
Mais quel est le bon terme, comment faire pour si retrouver.

Cette pâte de sucre (et voilà d’où vient « sugar paste ») sert à glacer les gâteux pour leur donner un effet lissé. On retrouve souvent cette finition sur les gâteaux de mariage.

On se sert aussi de cette pâte de sucre (en plus dense) pour façonner des fleurs ou autres figurines sur les gâteaux. Les Américains nomment cette pâte alors : gumpaste ou candy clay.
Et les Français : pastillage.

En général, on ne mange pas ces figurines ou fleurs!!!!

Mais bon, entendons-nous, le bon terme (enfin si j’ai bien fait mes devoirs de recherches sur le net) est : Fondant.


Car Régalice est une marque de commerce britannique (RegalIce, comprendre Regal Ice).


Voilà, je devais de vous faire part de mes trouvailles et enfin, je me suis démêlée…
Pourquoi pas en faire bénéficier les autres.


N'oubliez pas cette recette de fondant maison à base de guimauves. Elle est beaucoup moins coûteuse que celle "prête à rouler" voir la commerçiale.

Travaillez la en petite quantité, elle s'étendra mieux.

Sur ce, il y a un beau dossier sur l’emploi des étampes de scrapbooking, du fondant et de la déco de biscuits sur Momento magazine, ICI.


PS1 désolé, mais cette interface est souvent capricieuse, ce que je vois à l’écran n’apparaît pas toujours comme je le voudrais… et je m’en excuse. Donc si parfois vous voyez de drôle de coupure ou encore des polices différentes, etc., ce n’est pas moi. Celles qui me connaissent savent que j’aime le visuel des choses (à la limite du T.O.C., je l’admets) , qu’il doit être « ordonner ». On choisit ces batailles et face à ce X-Files, je capitule!

vendredi 6 mars 2009

Cinoche, choco...

Jeudi, virée cinoche entre copines...
J’avoue le film, très « girlies » était très ordinaire.
Mais bon, ce que j’avais retenu de cette organisation de sortie , c’est l’en cas d’après film.
Nous arrêterions chez Juliette & chocolat.
J’aurais pu aller voir n’importe quel film (soit dit en passant) pour arrêter chez Juliette.
Mais bon, il fallait feindre l’intérêt du film et non la gourmandise qui suivait.

Donc, une fois le film vu… direction Juliette & chocolat.
Je suis surprise que par un jeudi après-midi, il y ait autant de personnes.

Je commande « Un fondant choco avec caramel salé » miam!
« Il n’y a plus de caramel » me dit le serveur.
« Ben voyons, plus de caramel, je venais pour ça »

Non, non, c’est vrai pour le film avant… je le jure.
Déception.
Je prends le fondant « ordinaire, voir avec sauce choco» dans ce cas avec glace noisette.
Et ma copine, la crêpe antillaise.

J’avais déjà goûté leurs chocolats chauds qui sont hallucinants. Mais c’était la première fois que j’y allais pour les desserts…

Les desserts arrivent, ils ont l’air très bons.
La glace à la noisette est délicieuse.

Je pique ma fourchette dans le fondant.
Mais où est le fondant, rien ne coule…
Je pique plus loin, encore rien.
Trop cuit.
Pas facile de faire un bon fondant.
Mais il était quand même moelleux.

Mon amie me laisse goûter à sa crêpe. J’avoue, je louchais dessus et elle est drôlement bien élevée cette amie et généreuse de surcroit.
Sa crêpe était très bonne.

Voici une adresse à retenir pour un petit en-cas après film.

Juliette et chocolat
1615, rue St-Denis
coin de Maisonneuve
Montréal, Québec, H2X 3K3
514.287.3555

Il y a aussi cette adresse, resto plus grand…
Avec une déco tout ivoire.

377, rue Laurier
Montréal, Québec, H2V 2K3
514.510.5651

PS1 je suis toujours contente de te voir chère amie… et ce n’est pas parce que nos sorties bimensuelles finissent toujours dans un endroit « sucrée », promis!
Ton amitié m’est chère.
À la revoyure… Où va-t-on la prochaine fois?
Itsi Bitsi? L'Havre aux glaces? Fous desserts?....

mercredi 4 mars 2009

Choco & piment Espelette!

C’est vraisemblablement une combinaison gagnante: chocolat et piment d'espelette.
Pourquoi ne pas en faire une ganache?
Assez intéressant comme effet.
Cette fois-ci, je n’ai pas aromatisé les coques au chocolat, seulement teinté avec du colorant gel.
Il faudrait bien que j’essaie.
On m’a dit, chez l’Europea lors de mon dernier cours sur les macarons, que c’est assez difficile de réussir la chose.

Mais je tenterai, question de relever le défi. Pour l’instant, restons sages et voici ma recette fort simple de ganache.


Ganache chocolat noir & piment d’Espelette

100 g de chocolat noir 70%
de la crème
du piment d’Espelette en poudre au goût.

Faites fondre le chocolat. Ajoutez y la crème pour avoir une certaine onctuosité et saupoudrer de piment d’Espelette. Allez-y avec parcimonie.

Mieux vaut en rajouter que d’en avoir trop mis! Me restant de la ganache après avoir fait mes macarons. J’ai décidé de la mettre entre deux tranches de pain!
J’ai beurré le tout et mis ce « grilled choco » dans la poêle.
Ohhhhhhhhhhhhhhhhhh………. Génial!
Petit en-cas drôlement intéressant lorsqu’on a une petite fringale ou lorsqu’on désire « passer une ganache » !

Asseyez-vous et appréciez ce moment!

PS1 Vous pouvez même vous servir de cette ganache pour en faire des truffes. Vous n'avez qu'à les rouler par la suite dans du cacao ou les tremper dans le chocolat fondu.

PS2 Vous voyez mes macarons qui sont un peu plus "bombés" qu'à l'habitude... J'ai fait un test, je n'ai presque pas macaronner, question de voir la différence. On apprend en testant!
Un pic se formait alors sur le dessus du macaron, en le pochant avec la douille. Ce pic restait à la cuisson. Si vous voyez que vos macarons restent bien formés (et ne s'écrasent pas un peu) c'est que vous n'avez pas assez macaronner.
Brasser un peu plus pour faire sortir l'air... Le mélange doit former de beaux rubans.

Bonne pâtisserie!

mardi 3 mars 2009

Inukshuk... gourmand


Un inukshuk, c’est un repère formé par un empilement de pierres. Les Inuits s’en servent pour se diriger…
C’est un terme inuktitut qui veut dire : inuk (être humain) et suk (agissant à la place de) !

Donc on pourrait presque dire que cet inukshuk de tire éponge vous dirige droit vers la boutique de chocolat de Chloé. Car c’est sa recette qui est retranscrite ici…

Je fais déjà ces truffes…Miam!
Sa tire éponge, c’était pour M. Gourmand… il adore la tire éponge. D’ailleurs , elle n’a duré moins de 24 heures, le troupeau aidant.

Je ne suis jamais encore allée à sa boutique, mais son site internet interactif est génial!
http://www.leschocolatsdechloe.com/
Cela a drôlement piqué ma curiosité.
J’irai certainement faire un tour cette semaine.

Donc voici sa recette à essayer absolument… pour les amoureux de tire éponge et pour vous replonger dans le passé!
Car pour moi, la tire éponge c’est ma jeunesse. La gâterie (une Crunchie) que je me payais de temps en temps.
Un beau cadeau gourmand aussi!
Pour les hôtesses, les profs, les amies....

Simple… simple…simple… le plus long : attendre que cela refroidisse!

Tire éponge de Chloé

175 ml sirop de maïs
300 ml de sucre
20 ml rase de bicarbonate de soude tamisé
Chocolat noir fondu

Dans une très grande casserole (de 2 à 3 litres) à fond épaisse, verser le glucose, ajouter le sucre, mélanger puis porter à ébullition. Placer un thermomètre à bonbon dans la casserole sans qu’il ne touche au fond de la casserole. Laisser bouillir pendant environ 5 à 10 minutes ou jusqu’à ce que la température atteigne 150 °C (300 °F).
Retirer du feu; la préparation devrait être bouillonnante et à peine dorée. Ajouter rapidement le bicarbonate et mélanger au fouet afin d’éviter qu’il n’y ait de grumeaux. Le mélange quadruplera de volume.
Verser rapidement dans un moule de 23 X 23 cm (9 X 9 po) recouvert d’un papier parchemin. Laisser refroidir environ 1 h30.
Couper en morceaux et à l’aide d’une fourchette, tremper complètement ou à moitié dans le chocolat fondu. Laisser figer sur un papier parchemin ou ciré.

Référence pour la recette: http://aladistasio.telequebec.tv/recettes/recette.aspx?id=883



Les chocolats de Chloé
Chocolateries
546, rue Duluth Est

Montréal (Québec)
514-849-5550


PS1 M. Gourmand m'a demandé d'en refaire cette semaine....


PS2 J'adooooore le bon chocolat!

lundi 2 mars 2009

suite et fin... Patrice Demers

Acte 3
la finale
C’est quand même pour vous dire, connaissant mon amour pour les desserts, ce chef me partage le sien.
Rien n’obligeait Patrice Demers à me (dois-je le partager avec M. Gourmand?) faire ce magnifique cadeau.

« Il vous envoie, entre autres, notre coup de cœur dessert »
Mille mercis… m’entends-je lui dire.
Je suis tout excitée à voir de si belle chose.
Je ne sais pas trop par quoi commencer.
Nous gardons le coup de cœur pour la fin.


« Biscuit moelleux aux noisettes, chocolat Jivara crémeux et pulpe de poire caramélisée au sirop d’érable »
Encore la tout y est : le froid en la glace aux poires exquise, le croquant des noix, le moelleux du gâteau, l’onctuosité de la compote. WOW.


Mais j’avoue que leur coup de cœur est assez osé. Drôlement osé.
« Granité aux litchis, crémeux de yaourt au chocolat ivoire, pamplemousse, Campari & hibiscus » Pour voir la recette en vidéo, c’est ici.

Le point de départ de ce dessert : le litchi.
Mais Patrice Demers ne voulant pas refaire la combinaison litchi, rose et framboise de Pierre Hermé (merci pour votre Ispahan M. Hermé!) a plutôt opté pour mélanger l’amer (Campari, pamplemousse) au sucré. Merci Patrice Demers!

Je pense bien que ce dessert fut pour moi mon préféré, suivi de très très près par le pot de crème.


Mais l’expérience ne s’arrêta pas là. Toujours en train de photographier le granité, en passant j’ai partagé avec M. Gourmand. Ce fut difficile, mais bon…
J’ai senti une présence à côté de moi.
Je lève les yeux… « Mon Dieu » me suis-je entendu dire.
Patrice Demers en personne m’apportant des mignardises : sucettes mousse café et guimauve aux fruits de la passion.

Grand sourire, yeux brillants, il me demanda si j’avais aimé.
Si j’ai aimé???? J’ai adoré!
Quelle gentillesse d’avoir partagé avec moi ces desserts.
Quelle disponibilité d’être venu me parler.

J’étais tellement scié que je ne savais plus quoi dire.
J’ai balbutié quelques mots et il a souri, reparti en cuisine.
J’ai aimé voir sa passion briller dans ses yeux.

« As-tu goûté sa guimauve? » M. Gourmand me ramenant les pieds sur terre.
« Non , est-elle aussi bonne que les miennes? » dis-je en blague.
M. Gourmand « Presque » a-t-il dit avec un sourire qui en disait long.

Maintenant que je suis revenue sur le plancher des vaches, je peux dire :
Merci Patrice Demers pour cette expérience fantastique.
Pour oser ses textures et goûts.
Vous m’avez grandement inspirée.

Je vous redonne l'adresse de Laloux:

Laloux
Bistro 250, avenue des Pins Est

Montréal Québec H2W 1P3T: 514 287-9127
http://www.laloux.com/

PS 1 Je me promets une méga virée «souper uniquement aux desserts, car je le mérite bien » pour mon anniversaire… chez POP cette fois.
Petit voisin du Laloux, le chef pâtissier Patrice Demers y sert les même desserts qu’au Laloux mais dans une ambiance jazzé le jeudi soir…


Patrice Demers, vous connaissez?

dimanche 1 mars 2009

suite...Patrice Demers vous connaissez?

Acte 2

Et voilà le serveur qui arrive avec… deux pots de crèmes!
Et de me dire : « J’ai fait de beaux yeux comme les vôtres au chef et cela a tellement fonctionné qu’il ne m’a pas donné un pot de crème, mais deux… »
Oh! le coquin.
Moi de lui faire mon plus beau sourire.
Oh! la coquine. « Merci! »

Enfin, j’ai devant moi le fameux pot de crème.
« Pot de crème au chocolat, caramel et sel de Maldon » pour être plus juste.
M. Gourmand le regarde avec un manque d’intérêt flagrant.
« C’est ça ton fameux dessert » dit-il.



« Oui »
Après quelques photos, il plonge sa cuillère dans le pot et la porte à sa bouche.
« Mon Dieu » qu’il dit la bouche pleine.
Enfin, il a compris!
Je n’ai jamais vu M.Gourmand apprécier un dessert de cette façon, à part mes macarons bien entendu.

J’y plonge ma cuillère à mon tour. J’adooooooooooooore!
Les textures, le salé, le sucré.
Grandiose. Il ne faut pas plus que quelques ingrédients pour être au paradis.

Si vous désirez tenter l’expérience du pot de crème, c’est ici: pour la crème, le crumble et la mousse (siphon obligatoire!) et le montage.

Nous étions en train de déguster, bien concentré sur notre pot de crème. Lorsque le serveur approcha.
« J’ai parlé au chef de votre blogue sur les desserts et il vous envoie ceci »

Deux autres assiettes de desserts. Je suis aux anges.
Que je suis heureuse d’avoir un blogue sur les desserts!


PS1 Parfois (voir souvent ses temps-ci) je me dis que je suis passée à côté de ma vocation... J'aurais tant aimé faire partie d'une brigade. Le bruit d'une cuisine de resto, le stress du coup de feu ... j'adoooore! Cest un défi perpétuel.
J'ai essayé cette année de trouver des formations en pâtisserie mais pas facile lorsqu'il faut que l'on travaille le jour. Pas de formation à la carte...
Je continuerai pour l'instant à suivre des cours ça et là.

PS2 Je rêve secrètement d'un stage d'apprentie avec un chef pâtissier... qui vivra , verra!

PS3 Je vous promets très bientôt, une inspiration du Pot de crème de Patrice Demers. Promis...

Patrice Demers, vous connaissez? en 3 actes.

Acte 1

Une expérience… chez Laloux.
J’y allais avant tout pour Patrice Demers.
Ce jeune chef pâtissier, du défunt restaurant Les Chèvres et le chou est maintenant chez Laloux.

J’avais vu pour la première fois Patrice Demers à l’émission « Di Stasio » en 2005 si je me rappelle bien. Il m’était tombé dans l’œil (désolé M. Gourmand!).
Mais pas pour les raisons que vous pensez, plutôt pour son amour des desserts (quoiqu’il est drôlement mignon!)

Ses yeux brillent lorsqu’il parle « desserts », tout comme moi!
Enfin quelqu’un pour me comprendre.
Je voulais le rencontrer.
À tout du moins, goûter ces fameux desserts.

Depuis quelques années, j’entendais parler de son fameux pot de crème.
Cela suffisait, il fallait que j’y goûte.
Nous y sommes allés, par une journée fort pluvieuse.
Mais le soleil était dans nos assiettes!

Menu dégustation pour nous avec accords vins, pourquoi pas!
La totale… en espérant avoir de la place pour les desserts (pensai-je sans le dire à M. Gourmand, sinon, il aurait roulé des yeux…)

Le dîner en soi était MAGNIFIQUE, mais je ne m’y attarde pas.
Car vous savez que mon amour se porte aux desserts.
Nous y arrivons.

Je ne pense pas trouver les bons mots, les mots assez justes pour vous dire à quel point j’ai aimé ce que j’ai mangé. Une explosion de textures et de saveurs.

J’ai eu une petite peur, car avec le menu dégustation, le petit pot de crème n’y était pas.
J’étais prête à substituer mon dessert contre un pot de crème.
Il fallait que j’y goûte tout de même.

Me voilà demandant au serveur :
« Je sais que le menu dégustation est « au gré du chef » mais savez-vous s’il daignerait choisir le pot de crème par son propre gré! »

Minute de silence… oh que cela était long…
Et le serveur de me répondre : « Avec de si beaux yeux, je vais lui demander »
Ohhhh…le coquin.
Mais bon, il faut ce qu’il faut pour avoir ce fameux pot de crème.

Nous recevons le dessert dégustation… aucun signe du pot de crème.
Ce n’est pas grave.
Oui c’est grave, mais ne paniquons pas devant M. Gourmand qui ne pourrait comprendre ma déception, voir… ma détresse!

Je demande au serveur si je peux prendre des photos, ayant un blogue sur l’amour des desserts! Il acquiesce en me posant quelques questions sur ledit blogue.
Il dépose devant moi:


« Crème au citron, kumquat, coco, miel et coriandre ».

La crème de citron était présentée en tube, la mousse meringuée au miel intéressante, les kumquat confites, le crumble superbement croquant et la poudre de coco lyophilisé surprenante!
Superbes textures, goûts. J’aime.

Ce dessert était quand même très très bon, mais j’ai toujours en tête ce pot de crème... à suivre!

Mais en attendant, une adresse à ne pas oublier et à coup sûr essayer :

Laloux
Bistro 250, avenue des Pins Est

Montréal Québec
H2W 1P3T:
514 287-9127
www.laloux.com


PS1 Merci Karine, Zabel & Cie, c’est grâce , entre autres, à votre merveilleux cadeau que nous avons pu faire ces merveilleuses découvertes.

PS2 Avec ce que j'ai mangé, on a rien à envier à nos cousins français!